Hairypits

Sur le blog américain hairypits, on peut lire des témoignages en anglais de jeunes femmes résistantes, la plupart postent d’ailleurs une photo de leurs aisselles et expliquent en quelques mots les raisons qui poussent à ne pas ou plus s’épiler. Il faut avoir à l’esprit qu’aux USA, la pression pilophobe est beaucoup plus forte qu’en Europe, elles ont donc encore plus de mérite que les Européennes.

Encore des blogs étasuniens dans le même genre : Hairy Pits Club pour les aisselles et un autre spécial jambes
En voici un autre pour bras et jambes

Antigone XXI

Un article du blog d’Antigone contient également plusieurs témoignages très intéressants de résistantes mais il y a aussi d’autres personnes qui réagissent.

 

Fauteuse de trouble – Témoignage

Un témoignage amusant et ô combien instructif où l’on voit comment passer de zéro poil (une boule de bowling avec 3 trous) à « poilue partout » :

Ici

MIEL

Je ne vais pas faire de statistiques ni d’étude sociologique, je déteste cette façon de mettre les gens dans des petites cases. Il n’y a pas de profil type pour les femmes qui ne s’épilent pas. Malgré tout ce qu’on entend comme clichés débiles : c’est sûrement une lesbienne, une hippie, une marginale.

Le seul point commun pour 90% de ces femmes, c’est une prise de conscience dépassant largement le cadre de la PF : bien souvent, elles sont plus respectueuses de la nature, plus tolérantes envers les autres personnes ayant des « différences », elles tiennent un discours féministe (parfois à leur insu).

Voici ce que disait la féministe anglaise Anji sur son blog

Every woman I know who has resisted the hairlessness propaganda and quit shaving has felt the same way – comfortable, liberated, having taken one step further to free themselves from the misogynistic standards of ‘beauty’.

Traduction : toutes les femmes résistantes à l’épilation que je connais ont senti la même chose : elles se sentent bien, libérées et ont franchi une étape pour se libérer des standards de « beauté » misogynes.

Il y a des témoignages de femmes « résistantes » sur le site de MIEL